Droit opposable à l'emploi

De Atelier des Lois
Révision datée du 9 mai 2019 à 21:57 par Cremechoco (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Ce texte est le fruit du travail d'un atelier des lois. Il est possible à chacun.e de modifier ce texte. En conséquence, il est demandé de faire preuve de bienveillance et de respect pour le travail des ateliers et des contributeur.rice.s. Ainsi, nous vous demandons de ne pas tout effacer, de privilégier les ajouts aux suppressions de texte, de favoriser les modifications légères. Nous vous demandons de rédiger en italique vos modifications.

Il est possible que vous ajoutiez des articles, des chapitres, des sections, des titres. N’oubliez pas de revoir aussi leurs numéros.

Ce texte est donc un document de travail, ouvert, partagé, en processus et ne saurait être considéré comme un document officiel de la France insoumise. Ce texte ne vise pas non plus l'exhaustivité.

Nous vous remercions.

Le pôle Atelier des lois de la France insoumise.

Pour apprendre à modifier les textes, rendez-vous sur le lien suivant [1]. Ce lien ne fonctionne que si vous êtes connecté.e.

Proposition de loi visant à instaurer le droit opposable au salaire

Ce texte est écrit à partir des textes des ateliers des lois qui se sont déroulés le 13 décembre 2017 et le 17 mars 2018 à Paris.

Exposé des motifs

Le travail est une activité individuelle et collective tournée vers l’émancipation et la réalisation de chacun (à débattre).

La mise en œuvre d’un droit au salaire et au travail pour tous est une priorité pour lutter contre la précarité. Malgré la constitutionnalisation d’un droit à l’emploi, les mécanismes existants ne permettent pas de le garantir. Pour ce faire, les pouvoirs publics doivent faire évoluer leur approche du problème et dissocier l'emploi du salaire et du travail afin rendre effectif l’accès au travail à toute personne qui en fait la demande dans le respect des choix individuels et collectifs. Le travail doit donc s’adapter aux travailleurs, notamment par l’accompagnement et la formation des demandeurs. La rémunération des personnes est assurée par le versement du salaire à la qualification personnelle. Dans cette perspective, la mise en place de mécanismes de péréquation au niveau local ainsi que de nouveaux organismes est nécessaire. En outre, les besoins à l’échelon local sont identifiés et recensés en coopération avec l’État et les collectivités territoriales.

Ce droit doit faire l’objet d’un contrôle démocratique sur la base de la parole citoyenne et par un renforcement du rôle du Parlement.

Titre I : Instaurer un droit au travail et au salaire pour tous

Chapitre Ier : Dispositions générales

Article 1er. L’État est garant de la mise en œuvre effective du droit au travail et au salaire sur l’ensemble des territoires.

Article 2. Le droit au travail et au salaire tient compte, dans sa mise en œuvre, à la fois de l’intérêt personnel des demandeurs et de l’utilité sociale de l'activité pour le territoire concerné.

Article 3. Il est créé un Commissariat général au salaire, doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière, qui assure la mise en œuvre effective du droit au salaire. Il a pour missions de : 1) Recenser les besoins des personnes privées de salaire ainsi que les besoins d'intérêt public local 2) Créer des postes en partenariat avec les instances territoriales intervenant dans le domaine du travail pour chaque personne privée de salaire (Note : 'instance' qui engloberait les comités et associations)

Le Commission général au salaire peut être saisi par toute personne intéressée, qu’elle soit ou non privée d'activité, pour toute question relative au respect de son droit au travail et au salaire.

Cet organisme prend les mesures permettant d’imposer à l’État et aux autres autorités responsables le respect du droit au travail et au salaire des demandeurs. A cette fin, il prononce les mesures définies à l’article X de la présente loi. Il contrôle la bonne mise en œuvre par l’État et les autres autorités compétentes du droit effectif au travail et au salaire.

[dans certaines hypothèses à définir] Des procédures d’urgences sont définies pour assurer le respect de ce droit.

Dans l'hypothèse d'une réforme de Pôle emploi

Article 1er.

Le code du travail est ainsi modifié : l'article L5312-1 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

7° : Recenser les besoins des personnes privées de salaire ainsi que les besoins d'intérêt public local en collaboration avec les Comités locaux au travail pour tous ainsi que les instances et associations locales et nationales intervenant dans le domaine du travail.

Article 4.

Un comité local au travail pour tous est crée dans chaque …Commune/département/région, composé d’ élus, de salariés, de représentants des associations compétentes en matière de travail et de citoyens tirés au sort.

Ce comité définit les postes de travail utiles à ce territoire en se fondant sur une liste de critères définie par décret/par l’article … de la présente loi.

Article 5.

L’État élabore, avec les collectivités locales et les associations intervenant dans le domaine du travail, la liste des besoins locaux et nationaux.

Article 6.

Les seuls actionnaires légitimes dans une entreprise privée sont et doivent demeurer être les salariés de cette même entreprise. Ces mêmes salariés ont un droit de vote démocratique au sein de l'entreprise.