L'égalité à l'Ecole

De Atelier des Lois
Révision datée du 25 juin 2019 à 12:53 par Raphaëlle (discussion | contributions) (Page créée avec « ==Proposition de loi sur l'Egalité à l'Ecole== Ce texte est une proposition de loi citoyenne issue d'un atelier des lois qui s'est déroulé le vendredi 14 juin 2019 à... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Proposition de loi sur l'Egalité à l'Ecole

Ce texte est une proposition de loi citoyenne issue d'un atelier des lois qui s'est déroulé le vendredi 14 juin 2019 à Noise-Le-Sec.

EXPOSÉ DES MOTIFS

L’Ecole de la République connaît de nombreuses difficultés. Alors que l’Ecole enseigne au départ la même chose à tous les enfants, ceux-ci, comme leurs parents, n’ont plus foi dans l’Ecole. Les classes sont surchargées, les effectifs sont trop importants. Le savoir est traité comme une marchandise. L’absence de continuité dans les politiques successives achève de désorganiser l’Ecole. Dans une société inégalitaire, l’Ecole est forcément inégalitaire.

Pourtant le savoir appartient à tous, il est universel, aisément partagé, donc propice à l’égalité. L’égalité est une utopie, un « tendre vers ». L’égalité à l’Ecole est un objectif ambitieux, vers lequel l’Ecole doit tendre, tout en le questionnant et en se questionnant. Veut-on vraiment faire prévaloir le pacte républicain à l’Ecole ? Quel avenir voulons-nous donner aux jeunes ? Quel rôle pour les parents dans l’éducation et dans l’Ecole ?

L’éducation doit renouer avec son objectif de transformation de la société, et l’école doit être égalitaire pour créer les liens et favoriser le partage. Pour faire réussir tous les enfants, pour leur transmettre des savoirs leur permettant d’avoir une emprise sur le monde et non seulement d’y trouver une petite place, il est indispensable de changer les mentalités mais aussi de se poser la question des moyens humains et financiers.

L’enfant ne doit plus être poussé dans des domaines qui lui sont assignés a priori, en fonction de considérations tierces, économiques ou autres : il doit être valorisé dans ses points forts. La formation des enseignants doit être revue. L’Ecole publique doit s’adresser à tous les publics, y compris ceux ayant des besoins spécifiques liés à leur handicap, à leur langue maternelle. La société doit restaurer l’Ecole professionnalisante et technique. Le point de vue du corps enseignant et des parents est central dans cette remise à plat.

TITRE I : PRINCIPES GÉNÉRAUX

Article 1. L’éducation est un bien commun.

Article 2. Est mise en place une péréquation des moyens dans tous les territoires afin d’harmoniser la dotation et les moyens par élève.

Article 3. La carte scolaire est révisée pour une réelle mixité dans chaque établissement.

TITRE II : MOYENS DE FONCTIONNEMENT

Article 4. Chaque établissement disposera de personnels et de professeurs, débutants et expérimentés, dans les mêmes proportions.

Article 5. Chaque établissement est doté d’un personnel médical, social et psychologique en appui des équipes enseignantes.

Article 6. Dans les écoles primaires, l’effectif des enseignants sera fait selon le ratio de cinq enseignants pour quatre classes.

TITRE III: MÉTHODES ET ORGANISATIONS

Article 7. Des temps de travail en équipe éducative sont mis en place.

Des temps d'analyse pratiques peuvent être mis en place sur demande desdites équipes éducatives.

Article 8. Est instaurée une réelle gratuité à l’Ecole pour les activités pédagogiques, pour les sorties, pour les voyages, pour les équipements en enseignement professionnel,les transports et la cantine.